Vidéo

Entertien avec Alassane Dicko : migrations et luttes entre l'Europe et l'Afrique

Cette image n'a pas de description...

La 4ème édition du festival internationaliste Les Peuples Veulent a réuni en octobre à Montreuil plus de 5000 personnes venues rencontrer la cinquantaine de collectifs, organisations et activistes arrivé.e.s de 42 pays des 5 continents. L'occasion de réaliser de nombreux entretiens de fond avec ces invité.e.s. On commence avec Alassane Dicko, malien et ivoirien, de l'Association Malienne des Expulsés ainsi que d'Afrique-Europe Interact.

Entretien préparé et réalisé par Béatrice Turpin


Né au Mali en 1970 d'un père malien et d'une mère ivoirienne, Alassane Dicko grandit en Côte d'Ivoire où il devient informaticien spécialisé dans la sécurité. Malgré les turbulences militaro-politiques qui agitent le pays à partir de la fin des années 1990 et que l'élection de Laurent Gbagbo en 2000 n'apaise pas, bien au contraire, Dicko mène une vie tranquille à Abidjan et ne s'implique pas politiquement.

Pourtant la crise politique s'accompagne d'une crise identitaire qui divise le pays en deux avec une répression grandissante des Ivoiriens du nord. Il s'agit d'une population transfrontalière, musulmane, persécutée avec rafles, délations, carte d'identités arrachées et détruites après contrôle au faciès... Avec le temps, il ne suffit plus de vivre dans le nord mais juste d'avoir le mauvais nom, peu importe le lieu. Et avec un incident qui aurait dû être anodin, survenu un dimanche en 2005 alors qu'il travaille, l'origine malienne et musulmane d'Alassane Dicko finit par le rattraper et le force à se confronter personnellement à l'ambiance pourrissante qui l'entoure. Dicko fait face à des problèmes au travail et se voit menacé de sanctions lourdes. Il décide donc de quitter la Côte d'Ivoire.

Les Peuples veulent 4.0 : Alassane Dicko 1 © renaissancebt

Le droit de rester. Le droit de partir. Le droit de partir pour revenir et de repartir pour revenir encore une fois. Cela s'appelle la migration circulaire. Et pour ça il faut la liberté de circulation.

Les Peuples veulent 4.0 : Alassane Dicko 2 © renaissancebt

L'équipe du festival Les Peuples Veulent et de la Cantine Syrienne de Montreuil remercie chaleureusement Béatrice Turpin qui a accepté de réaliser ce beau entretien.

Suivez nous sur Instagram !